Navigation rapide

Accueil > Congrès Régional > COPACAMU 2006 > Vendredi 24 Mars 2006 > Conférences 24-03-2006 > Principes de la réhydratation de l’enfant

5 votes

Principes de la réhydratation de l'enfant Principes de la réhydratation de l’enfant

P. MINODIER

Urgences Pédiatriques
CHU Nord, Chemin des Bourrelly
13915 Marseille Cedex 20

La déshydratation est une complication de bien des maladies infantiles, la gastro-entérite aiguë au premier
chef. Dans le monde, plus de 1 500 000 enfants décèdent chaque année de diarrhée et l’on peut penser
que ces décès pourraient être évités si les pays en voie de développement qui concourent pour la majeure
partie à cette hécatombe, disposaient de systèmes de santé efficaces. Chez nous aussi, on peut mourir de
déshydratation. Cette situation est donc, à juste titre, une hantise pour tout médecin de première ligne, en particulier
lorsque l’enfant malade est un nourrisson. Eviter la déshydratation ! Cependant, dans la pratique des
consultations d’urgence, et parfois malgré une prévention correcte, l’enfant déshydraté n’est pas rare. C’est
alors généralement une source d’inquiétude pour le pédiatre ou l’urgentiste : doit-on hospitaliser ? Doit-on
perfuser ? Sur quelles bases ?

Cet article tente de répondre à ces questions.

Bases physiologiques et particularités pédiatriques :

Claude Bernard (1813-1878) le premier a posé les bases de la compréhension des mécanismes en jeu.
Dans " Introduction à l’étude de la médecine expérimentale " (1865), il explique qu’il existe, chez les êtres
vivants, deux milieux à considérer : le milieu extérieur, extra-organique et le milieu intérieur, intra-organique.
Pour lui, tous les mécanismes vitaux, aussi variés qu’ils puissent être, ont pour seul but de préserver constantes
les conditions de la vie dans le milieu intérieur. Ces données ont été depuis précisées. Le milieu intérieur
est composé d’un compartiment intracellulaire et d’un compartiment extracellulaire, en échange et équilibre
l’un par rapport à l’autre. Au sein du milieu extracellulaire, existent un compartiment interstitiel et un autre plasmatique,
eux-aussi en équilibre. Cet équilibre passe par des mouvements d’eau. Dans le plasma, ceux-ci sont
contrôlés par la pression hydrostatique, la pression oncotique et les variations de concentration en particules
dissoutes. La notion d’osmolalité prend en compte la concentration de l’ensemble des particules dissoutes.
L’osmolalité plasmatique normale est stable à 280 - 292 mOsm / kg d’eau. Elle varie avec les concentrations
en sodium, potassium, urée, ou sucre du sang, mais aussi lors d’apports " exogènes " (mannitol, alcool, produits
radio-opaques…). La notion de tonicité (ou osmolarité efficace) ne tient compte que des concentrations
en particules actives sur les mouvements d’eau (natrémie, kaliémie, glycémie). Le contrôle des mouvements
d’eau en lui-même est exercé par l’hormone anti-diurétique ou ADH. Sa sécrétion est régulée par le biais de
messages neurologiques délivrés par les osmorécepteurs hypothalamiques, sensibles aux variation d’osmolarité,
et, plus encore, par les tensorécepteurs (auriculaires, aortiques, carotidiens), sensibles aux variations de
la volémie. Le stress, la douleur, les médicaments peuvent aussi faire varier la sécrétion d’ADH. L’action de
cette hormone au niveau du tubule collecteur rénal est l’induction d’aquaporines, permettant la réabsorption
de l’eau.

L’enfant présente un certain nombre de particularités physiologiques dans ce système de régulation. Le nourrisson
a ainsi un turn-over du système extracellulaire 3 à 4 fois plus élevé que l’adulte, se traduisant à poids
constant par une plus grande quantité d’entrées et de sorties. Le rein du nouveau-né et du nourrisson est encore
immature. Les pompes à chlore de l’anse de Henlé fonctionnent mal, ce qui est responsable d’un gradient
cortico-médullaire insuffisant et donc d’un faible pouvoir de concentration des urines. Les jeunes enfants sont
donc plus à risque de développer une déshydratation puisqu’ils manquent de capacité de régulation dans un
système intérieur d’échanges déjà importants. Des situations pathologiques de diminution du flux sanguin rénal
entraînant une baisse de la filtration glomérulaire, risquent aussi de perturber l’équilibre hydro-électrolytique.
Enfin, certaines maladies génétiques (mutations des gènes des récepteurs de l’ADH ou des aquaporines…) vont
rapidement conduire à un diabète insipide néphrogénique, perturbant aussi les équilibres du milieu intérieur.

Evaluation des enfants déshydratés :

Les situations à risque et les signes cliniques de déshydratation sont explicités dans les tableaux I et II.
L’évaluation d’un enfant déshydraté devra répondre à un certain nombre de questions : existe-il un déficit
volémique significatif ? Des perturbations osmolaires ? Un trouble acido-basique ? Un trouble de la kaliémie
 ? Une anomalie de la fonction rénale ?

Il faut donc disposer d’une évaluation clinique parfaite, et, lors des déshydratations significatives (> 5 %)
au minimum d’un ionogramme sanguin avec azotémie et créatininémie (+/- gazométrie pour les enfants les
plus graves).

L’évaluation du déficit volémique repose sur la recherche de signes de choc ou de pré-choc. Si les troubles
de l’hémodynamique centrale (hypotension, bradycardie) sont tardifs et donc à ne pas attendre, l’hémodynamique
périphérique est précocement modifiée (pâleur, marbrures, augmentation du temps de recoloration
cutané) et s’associe à une tachycardie. L’évaluation du déficit par la perte de poids compte, mais elle peut être
trompeuse, notamment en cas d’hyponatrémie associée. En effet, dans les déshydratations hyponatrémiques,
la perte d’électrolytes est supérieure à la perte d’eau, ce qui conduit à des mouvements hydriques vers le secteur
intracellulaire et à une diminution du volume intravasculaire. On peut alors avoir des signes de choc alors
que la perte de poids est modeste.

Le ionogramme sanguin permet d’évaluer la natrémie. Le dosage de l’osmolarité n’est pas nécessaire le
plus souvent. Les déshydratations de l’enfant sont classiquement isonatrémiques dans 80% des cas, hypernatrémiques
dans 15%, hyponatrémiques dans 5%. Du dosage de la natrémie dépend la quantité de sodium
à administrer.

La réserve alcaline permet d’avoir une évaluation de l’équilibre acido-basique. Habituellement en cas de
diarrhée, il existe une acidose métabolique pure, à trou anionique normal (8 à 16 meq/l), avec hyperchlorémie,
du fait de la perte de bicarbonates dans les selles. Cependant, le jeûne peut entraîner un catabolisme
des graisses avec production d’anions organiques (corps cétoniques) qui augmentent le trou anionique. Par
ailleurs, l’hypoperfusion rénale peut réduire l’excrétion d’acides par le rein. Il n’y a généralement pas lieu de
compenser cette acidose par l’apport de bicarbonates.
En cas de diarrhée, il existe une perte de potassium dans les selles de l’ordre de 8 à 10 meq/kg et donc un
déficit potassique. Mais il peut être masqué par l’acidose métabolique ou une insuffisance rénale organique.

Pour évaluer la fonction rénale, l’azotémie qui est influencée par la charge protéique alimentaire et le
niveau de catabolisme cellulaire, et la créatininémie qui varie selon l’âge et la masse musculaire, ne sont pas
de bons marqueurs. La fraction d’excrétion du sodium (FeNa = (Na U / Na P) / (créat U / créat P)) par contre,
est un bon reflet de l’insuffisance rénale fonctionnelle habituelle, si elle est inférieure 1 à 2%. Cependant,
ce calcul nécessite la réalisation d’un ionogramme urinaire, ce que ne permet bien souvent pas l’oligurie initiale.
Quand la FeNa est élevée, il faut rechercher une nécrose tubulaire aiguë, possible en cas de bas débit.

Principes de réhydratation

La voie orale est toujours préférable en cas de déshydratation légère à modérée, lorsque l’enfant ne vomit
pas. Pour cela, il faut impérativement, quel que soit l’âge, utiliser des solutés de réhydratation oraux (SRO) type
Adiaril ou GES 45 . Ceux-ci ont une composition proche des recommandations de l’OMS ou de l’ESPGHAN.
Ils permettent des apports de sodium (49 meq/l) et de potassium (25 meq/l) pour une charge osmolaire proche
de 300 mOsm/l. Le Coca-Cola et le jus de pomme n’apportent pas de sodium, ni de potassium (pour
le Coca) et ont une charge osmolaire trop élevée du fait de leur quantité importante de sucres (700 à 750
mOsm/l). Ils sont donc à proscrire. Les SRO peuvent être parfois administrés en continu par l’intermédiaire
d’une sonde gastrique. Malgré ces recommandations largement diffusées depuis 20 ans, les SRO restent peu
prescrits en France dans la diarrhée de l’enfant (22 à 60% des cas).

La réalimentation de l’enfant doit par ailleurs être précoce (dès qu’il est réhydraté). Il n’y a pas lieu d’utiliser
systématiquement une dilution du lait ou un lait spécial. On doit simplement éviter les plats gras ou riches en
sucre.

La voie de réhydratation parentérale est nécessaire si besoin de remplissage. Dans les situations vitales, la
voie intra-osseuse rend de grands services, parce que la perfusion périphérique y est difficile. On privilégie
l’usage du sérum physiologique isotonique (NaCl 0,9%) ou du Ringer lactate. Une dose de 20 ml / kg en 1
heure est indicative : il ne faut pas hésiter à remplir plus (40 à 60 ml / kg en 1 heure) ou plus vite…

La quantité de sodium à administrer (1 g de NaCl = 17 meq) varie avec la natrémie. Schématiquement,
on utilise du glucose 5% avec une concentration de sodium de 30-40 meq / l si la natrémie est supérieure à
150 mmol / l, de 50-60 meq / l si elle est comprise entre 130 et 150 mmol / l, de 70-80 meq / l pour une
natrémie à 120-130 mmol / l, et de 80-100 meq / l lors d’hyponatrémie profonde inférieure à 120 mmol /
l.

Il ne faut pas perfuser longtemps (plus de 6 h) un enfant déshydraté avec du sérum physiologique seul (NaCl
0,9% : 154 meq Na / l), sous peine d’apporter trop de sodium et d’induire une hyponatrémie par perte de
sodium sans perte d’eau dans les urines. De la même manière, les solutés hypotoniques (30 meq / l de
81
sodium, type B27) peuvent être dangereux, notamment en post-opératoire, car ils peuvent induire une hyponatrémie
de dilution. Or, l’hyponatrémie expose au risque d’oedème cérébral. Par ailleurs, il faut se souvenir
qu’en situation d’hypernatrémie importante, la normalisation du taux de sodium doit être lente (< 0,5 à 1
mmol / l / h).

Pour évaluer la quantité de soluté à administrer, il serait licite de remplacer les pertes liées à la maladie
(traitement du déficit) tout en compensant les pertes normales (traitement de maintenance).
Le déficit en kg (D) peut être évalué à partir du poids actuel de l’enfant (Pa) et de l’évaluation clinique de la
déshydratation (%), lorsque l’on ne connaît pas le poids antérieur. On peut utiliser la formule : D = (Pa / (1-
%)) - Pa.

Le principe de traitement de maintenance vise à remplacer les pertes d’eau et d’électrolytes qui vont survenir
dans les 24 prochaines heures (dans une situation où les volumes intra et extracellulaires seraient normaux).
Ainsi, on considère normales des pertes insensibles (peau, respiration) de 30 ml / kg / 24 h, des pertes
rénales de 60 ml / kg / 24 h, des pertes liées aux selles de 10 ml / kg / 24 h.

Le traitement de maintenance des pertes doit rapporter les besoins en eau aux besoins énergétiques. Les
besoins en eau sont de 100 ml / 100 kcal / j, avec des besoins caloriques de 100 kcal / kg / j de 3 à 10 kg,
de 1000 kcal / j + 100 kcal / j / 2 kg > 10 pour des poids de 10 à 20 kg, et de 1500 kcal / j + 100 kcal
/ j / 5 kg > 20 pour des poids de 20 à 70 kg.

Ceci peut aussi être facilement calculé par la formule de Holliday-Segar : 100 ml / kg / 24 h pour un
poids de 0 à 10 kg, puis 50 ml / kg / 24 h pour les 10 kg suivants (11 à 20 kg), puis 20 ml / kg / 24 h pour
les kg supplémentaires (au-delà de 20 kg). Ce calcul correspond aussi à des apports de 1,5 litre / m2 / 24
h (la surface corporelle peut être évaluée à partir du poids, S = ((4 x Pds) + 7 ) / (Pds + 90)). Le problème
est qu’en situation pathologique, les besoins de maintenance en eau sont réduits considérablement. Dans une
maladie où l’excrétion de l’eau et des électrolytes est diminuée (sécrétion inappropriée d’ADH), il faut donc les
minorer de moitié !

Finalement, ce qui compte, c’est de compenser rapidement et largement une déshydratation sévère. Le
remplissage parentéral est alors essentiel (20 à 60 ml / kg de sérum physiologique à 0,9% ou de Ringer
Lactate). Mais très vite, la voie orale doit être privilégiée, et un SRO doit être utilisé. Une perfusion prolongée
est souvent délétère, notamment avec des solutés hypotoniques.

Références
 [1]




[11. Bernard C. Introduction à l’étude de la médecine expérimentale. Paris : Flammarion Champs ; 1984.
2. Charpentier A, Wasier AP, Paut O. Le remplissage vasculaire aux urgences pédiatriques. Les pièges et les erreurs. Arch Pédiatr 2004
 ; 11 : 722-5.
3. Comité de nutrition de la Société française de pédiatrie. Traitement nutritionnel des diarrhées aiguës du nourrisson et du jeune enfant.
Arch Pédiatr 2002 ; 9 : 610-9.
4. Duke T, Molyneux EM. Intravenous fluids for seriously ill children : time to reconsider. Lancet 2003 ; 362 : 1320-3.
5. Holliday MA. Extracellular fluid and its proteins : dehydration, shock, and recovery. Pediatr Nephrol 1999 ; 13 : 989-95.
6. Holliday MA, Friedman AL, Wassner SJ. Extracellular fluid restoration in dehydration : a critique of rapid versus slow. Pediatr Nephrol
1999 ; 13 : 292-7.
7. Holliday MA, Friedman AL, Segar WE, Chesney R, Finberg L. Acute hospital-induced hyponatremia in children : a physiologic
approach. J Pediatr 2004 ; 145 : 584-7.
8. Kallen RJ. The management of diarrheal dehydration in infants using parenteral fluids. Pediatr Clin North Am 1990 ; 37 : 265-86.
9. Friedman AL. Pediatric hydratation therapy : historical review and new approach. Kidney Int 2005 ; 67 : 380-8.
10.Wathen JE, MacKenzie T, Bothner JP. Usefulness of serum electrolyte panel in the management of pediatric dehydration treated with
intravenously administered fluids. Pediatrics 2004 ; 114 : 1227-34.