Navigation rapide

Accueil > Congrès Régional > COPACAMU 2007 > Vendredi 23 Mars 2007 > Communications libres 23-03-2007 > Implantation de l’échographie réalisée par les urgentistes, Enquête V2 PREP (...)


Implantation de l'échographie réalisée par les urgentistes, Enquête V2 (...) Implantation de l’échographie réalisée par les urgentistes, Enquête V2 PREP 2006

E. STARCZALA, P. PES, P. MIROUX, C. SENTIAS, N. RIGOULET, JM. BOURGEOIS

Centre Francophone de Formation en Échographie
Av. Amédée Bollée - Kilomètre Delta
30090 Nîmes

Introduction :

Le Programme rapide d’échographie du polytraumatisé, PREP est enseigné et utilisé par les
Urgentistes depuis plus de 5 ans. Après l’étude PREP 2004, il était important de connaître
l’évolution des pratiques dans les services d’urgence.

Méthode :

Enquête de pratique déclarative réalisée de septembre à décembre 2006 par questionnaire en
ligne. 272 urgentistes formés au PREP de 2002 à 2006 ont répondu. 78% des urgentistes ayant
répondu sont praticiens hospitaliers et 70% d’entre eux pratique le PREP dans leur activité
d’urgence. La cause principale de non pratique est l’absence d’échographe (76%). 25% des
pratiquants le font de façon quotidienne et 40% d’entre eux ne se limitent pas au PREP, en
particulier 25 % pratique le repérage des vaisseaux. Enfin 72% des pratiquants estiment que
l’échographie a modifié le circuit de prise en charge de leur patient au SU. 53% des utilisateurs
ont organisé un circuit de contrôle qualité. 37% ont suivi une formation complémentaire et 35%
des pratiquants envisagent la réalisation d’une formation au sein de leur service pour l’ensemble
de leur équipe. 73% possèdent un échographe au service des urgences, et 60% des appareils
utilisés sont désormais portables et dans 60% des cas le service de radiologie n’a pas participé au
choix de l’appareil.

Conclusion :

La pratique de l’échographie s’autonomise dans les services d’urgences, et progressent en terme
de démarche qualité, de matériel disponible et de champ d’investigation. 80 % des utilisateurs
sont prêts à participer à une étude sur l’échographie appliquée à l’urgence et la moitié d’entre eux
désire compléter leur formation par un enseignement universitaire.