Accueil > Congrès Régional > COPACAMU 2007 > Jeudi 22 Mars 2007 > Conférences 22-03-2007 > Prise en charge de l’allégation "vertiges"aux urgences


Prise en charge de l'allégation "vertiges"aux urgences Prise en charge de l’allégation "vertiges"aux urgences

Dr A. DEVEZE - Service d’ORL Chirurgie Cervico-faciale, CHU NORD, Marseille

Problématique

Le vertige est un motif fréquent de consultation dans les services d’accueil des
urgences (SAU). Plusieurs difficultés compliquent la conduite diagnostique et donc
thérapeutique. Tout d’abord, la terminologie puisque le mot vertige est plus souvent
utilisé par le patient pour désigner une sensation subjective d’étourdissement qu’un
vertige au sens médical du terme. Ainsi seul 30% des patients se présentant au
service d’ accueil des urgences Nord avec comme doléance un vertige, qu’il soit isolé
ou associé à d’autres symptômes, a un authentique vertige rotatoire. D’autre part,
la multiplicité des présentations cliniques et l’association à des signes
d’accompagnements compliquent la prise en charge diagnostique et donc
thérapeutique. Alors que la majorité des syndromes vertigineux sont expliqués par
des pathologies le plus souvent bénignes, certaines étiologies peuvent mettre en jeu
le pronostic fonctionnel (labyrinthite) ou vital (AVC…).
Il est donc fondamental de définir une stratégie diagnostique adaptée aux SAU de
manière à faciliter l’orientation de ces patients.
Le but de ce travail est de présenter les résultats d’une étude rétrospective effectuée
sur un an au SAU NORD. L’objectif a été de réaliser à la fois une étude statistique
sur les patients admis en SAU pour un syndrome vertigineux, mais aussi un audit
des pratiques diagnostiques et thérapeutiques afin d’optimiser les stratégies
diagnostique et thérapeutique. Un arbre décisionnel a été élaboré à la lumière des
ces résultats.

Matériels et Méthodes

L’analyse épidémiologique, des stratégies diagnostiques et des orientations
thérapeutiques préconisées a été menée sur de 606 dossiers de patients entre le 1er
Janvier et le 31 Décembre 2005. Nous avons focalisé notre analyse sur le motif
d’entrée, le recueil des données cliniques, la prescription d’examens
complémentaires et d’avis spécialisés, les diagnostics posés à la sortie des patients
et leur orientation finale. Ont également été analysés de manière statistique le taux
d’hospitalisation et l’absence de diagnostic en fonction des critères cliniques.

Résultats

L’analyse des résultats révèle une majorité de femmes (62,2%), un âge moyen de
consultation de 48,1 ans, une durée moyenne de passage aux urgences de 3,59
heures et environ 20% d’hospitalisation. Dans 94% des cas, la réalité ou non du
vertige au sens médical du terme a pu être définie. 32% des patients présentaient un
authentique vertige rotatoire, signe retrouvé dans 51,8% du total des hospitalisations.
Dans 4,3% des cas, les patients n’ont pas eu d’examen neurologique.
Les diagnostics de sortie rassemblés par sous-groupes d’étiologie sont les suivant :
Cardio-circulatoire 18,6%, vertiges non étiquetés 17,2%, ORL 11,5% dont seulement
4.5% de neuronite, neurologie 8,7%, psychogène 7,9%, iatrogénie médicamenteuse
6,9%, vasculaire 0,3%, gastro-entérologie/infectieux/altération de l’état
général/métabolique/Autres.. 22,6%.
A noter que les dossiers sans conclusion représentent 6,5% de la totalité des
dossiers étudiés.
Par ailleurs, l’association céphalées/vertige rotatoire (9,7% des consultations) n’a pas
été considérée comme un signal d’alerte car seulement 33,9% des patients dans ce
cas de figure ont bénéficié d’une imagerie cérébrale. De plus, la recherche de signes
cochléaires (non quantifiée) apparaît peu souvent notifiée dans les dossiers.

Conclusion

L’étude révèle une prise en charge aléatoire du symptôme vertige liée d’une part, à
la sous-estimation ou une méconnaissance de l’importance de l’interrogatoire et de
l’examen clinique, et d’autre part, à l’absence de stratégie diagnostique
systématisée. Pour l’améliorer, un arbre décisionnel, basé sur une démarche
exclusivement clinique, est proposé.
possibles.