Accueil > Congrès Régional > COPACAMU 2006 > Jeudi 23 Mars 2006 > Communications libres 23-03-2006 > Un rare diagnostic différentiel de syndrome coronarien aigu

1 vote

Session INTRA HOSPITALIER


Un rare diagnostic différentiel de syndrome coronarien aigu Un rare diagnostic différentiel de syndrome coronarien aigu

P. COLOMBANI*, G. RAYMOND-GERMAIN*, M. IMIANITOFF** & F. LOUIS*

*Service d’accueil et d’urgence, hôpital Clavary, chemin de clavary, 06135 Grasse
**Service de cardiologie, hôpital Clavary, chemin de clavary, 06135 Grasse

La douleur thoracique est un motif fréquent de consultation en urgence. Divers diagnostics peuvent être
évoqués : coronaropathie, embolie pulmonaire, péricardite, dissection aortique, pathologie pleuro-pulmonaire…
Nous vous rapportons une cause rare de douleur thoracique d’origine cardiaque : un tableau
typique de syndrome de tako-tsubo.

Madame B. âgée de 69 ans présente une douleur thoracique constrictive prolongée survenue à la suite
d’une intense contrariété. L’aspect électrocardiographique est celui d’un infarctus non transmural antérieur
étendu avec pic de CPK à 370 UI/l (N : 0 à 171 UI/l) et troponine à 6,7 μg/l (N : 0 à 0,4 μg/l). L’échographie
cardiaque réalisée en urgence montre une hypokinésie antérieure. La coronarographie retrouve un réseau
coronaire angiographiquement sain associé à une vaste zone akinétique apicale et hyperkinésie compensatrice
du segment basal. L’évolution se fait vers une amélioration spontanément lente de sa fonction systolique
ventriculaire gauche.

Le syndrome de tako-tsubo est décrit depuis de nombreuses années par plusieurs auteurs japonais. La
sémiologie est dominée par une douleur thoracique, survenant dans les suites d’une situation anxiogène,
associée à des modifications électrocardiographique simulant un syndrome coronarien aigu. Dans la plupart
des cas, le défaut de contractilité myocardique apicale à coronaire saine évolue vers une récupération
complète de la fonction ventriculaire gauche. La prévalence et la physiopathologie de ce syndrome reste mal
connues

Malgré la rareté de ce syndrome, il semble important de le connaître car il constitue un tableau de syndrome
coronarien aigu avec troubles de la repolarisation du segment ST ne nécessitant pas de thrombolyse
mais une exploration coronarographique immédiate.