Accueil > Congrès Régional > COPACAMU 2006 > Jeudi 23 Mars 2006 > Communications libres 23-03-2006 > Ouverture de 10 lits d’UHCD : impact sur la vie des urgences

Session INTRA HOSPITALIER


Ouverture de 10 lits d'UHCD : impact sur la vie des urgences Ouverture de 10 lits d’UHCD : impact sur la vie des urgences

S. REFUTIN

IDE Service des Urgences
Centre Hospitalier général
Hyeres-Var

Les urgentistes doivent lutter contre l’encombrement de leur service. Ils passent parfois plus de temps au
téléphone pour trouver un lit qu’auprès du patient. Devant cette situation, le CHG d’Hyères a mis en place
une UHCD, une équipe mobile gériatrique, des consultations délocalisées et une permanence de soins…

Méthode :
Nous avons réalisé une étude comparative des principaux indicateurs reflétant la vie de l’hôpital. Nous
avons ciblé notre travail sur les 4ème trimestres 2004 et 2005. Nous avons également réalisé un recueil non
directif et anonyme du retenti de chaque agent.

Résultats :
L’indicateur le plus évocateur est le nombre de patients stationnant plus de 8 heures dans les couloirs. Ce
chiffre a diminué de moitié (221 en 2004 - 109 en 2005). Curieusement, le taux d’occupation ponctuelle à
8 h n’a presque pas fluctué.
Le nombre de patients CCMU1 et CCMU2 vus en consultation délocalisée a doublé en un an, en relation
avec l’augmentation du nombre de passages en 2005 et la création de locaux dédiés.
Le nombre d’hospitalisations en médecine a augmenté de 4,85 % en 2005. L’explication est poly factorielle
 : l’ouverture de l’UHCD autorise moins de transfert, la nouvelle cotation T2A permet une rotation plus
rapide, le travail de l’équipe mobile gériatrique améliore la prise en charge post-hospitalière, enfin la présence
des médecins des services de médecine à l’UHCD modifie leur implication dans la vie des urgences.
Enfin, notre enquête de satisfaction fait apparaître une amélioration des conditions de travail, de la prise en
charge du patient et de l’atmosphère du service.

Conclusion :
Les indicateurs observés ne montrent pas une évolution nette mais témoignent de réelles modifications.
Le personnel est plus satisfait des conditions d’accueil des patients et les conditions de travail. Les témoignages
font état d’une atmosphère plus détendue et d’une meilleure " fluidité ". L’important n’est-il pas le ressenti
des personnes plutôt que l’interprétation de chiffres ?