Accueil > Congrès Régional > COPACAMU 2006 > Jeudi 23 Mars 2006 > Communications libres 23-03-2006 > Stratégie préhospitalière de reperfusion. Pourquoi les médecins ne (...)

0 vote

Session PRE HOSPITALIER


Stratégie préhospitalière de reperfusion. Pourquoi les médecins ne (...) Stratégie préhospitalière de reperfusion. Pourquoi les médecins ne fibrinolysent-ils pas ?

T. ACZEL, X. BILLÈRES*, C. BUTIN, B.QUEYRIAUX**, V. VIG*, D. LEVY*, D.MEYRAN*, & P.LE DREFF*

*SAMU 13 et Bataillon de Marins-pompiers de Marseille, Marseille
**Hôpital Laveran et Institut de Médecine Tropicale du Service de Santé
des Armées (IMTSSA), Marseille

Introduction :
Le traitement du syndrome coronarien aigu avec sus décalage persistant du segment ST (SCA ST+) est
la désobstruction coronaire en urgence. Parmi les 2 stratégies possibles, les urgentistes Marseillais choisissent
l’angioplastie dans la majorité des situations alors que la fibrinolyse pouvait également se concevoir.
Pourquoi les médecins Marseillais fibrinolysent-ils peu ?

Méthode :
Un registre prospectif préhospitalier a analysé de juin 2003 à décembre 2004 la prise en charge des SCA ST+ à Marseille.

Résultats :
Sur 194 SCA ST+, évoluant depuis moins de 24h, 19 (9,8%) bénéficient d’une thrombolyse préhospitalière,
136 (70,1%) d’une angioplastie primaire, débutée en moyenne 77 minutes après l’arrivée du SMUR
au chevet du patient. Plus d’un patient sur 5 (20,1%) ne bénéficie d’aucune stratégie de désobstruction.
— Une analyse bivariée ne retrouve pas de facteurs influençant significativement la stratégie préhospitalière.
Les motivations qui amènent le médecin du SMUR à choisir l’angioplastie ont été analysées.

Conclusion :
L’accessibilité à l’angioplastie dans un délai très court (<1h) est la principale justification de cette stratégie.
L’analyse des délais réels d’intervention montre qu’ils sont très souvent sous estimés. Les contre-indications
de la fibrinolyse ont rarement justifié l’angioplastie. Une formation régulière des médecins à la prise en
charge des urgences coronariennes devrait optimiser la pertinence des stratégies préhospitalières de désobstruction.


Décision de non-thrombolyse
Admissions en salle
de cathétérisme (n=94)
n (%)
-Cath lab disponible < l heure 42 (44,7%) 7 (17,1%)
-Pas de justification fournie 8 (8,5%) 7 (17,1%)
-Doute diagnostic 9 (9,6%) 6 (14,6%)
-Douleur précoce 7 (7,5%) 1 (2,4%)
-Décision du cardiologue/régulateur 4 (4,2%) 4 (10,2%)
-Contre-indications 7 (3,6%) 5 (2,5%)