Accueil > Congrès Régional > COPACAMU 2006 > Jeudi 23 Mars 2006 > Communications libres 23-03-2006 > La qualification de l’appelant est elle un facteur de décision du médecin (...)

Session PRE HOSPITALIER


La qualification de l'appelant est elle un facteur de décision du (...) La qualification de l’appelant est elle un facteur de décision du médecin régulateur du SAMU ?

S. DRIDI, H. Ben LAKHDER, S. KARMA, S ABDELMOUMEN, A. ZOUARI & M. DAGHFOUS

Equipe médecins
SAMU 01 de Tunis,
Tunisie

But de l’étude :
L’objectif de cette étude a été de comparer la conduite diagnostique et thérapeutique au cours des interventions
primaires du SMUR en fonction de la qualification de l’appelant (médecin, non médecin).

Matériels et méthode :
Nous avons colligés les fiches de régulation et des interventions primaires du SMUR de Tunis sur le mois
de janvier 2005. Nous avons noté la qualification de l’appelant, le diagnostic principal évoqué à l’appel, la
prise en charge avant l’arrivée du SMUR et celle assurée par les équipes du SMUR et l’évolution de l’intervention.
Toutes les données ont été recueillies sur une feuille de calcul Excel puis transcrites sur le logiciel
SPSS 10.0 pour l’étude statistique.

Résultats :
Au cours de cette période nous avons étudiés 213 affaires primaires dont 53% (113) provenant d’un
médecin et 47% (100) de la part d’un particulier.
La concordance entre le diagnostic évoqué et le diagnostic établi a été de 86% lorsque l’appelant est un
médecin et de 59% lorsque l’appelant est non médecin. La différence est statistiquement significative (p=
0.002). La décision d’évacuer le patient vers une structure hospitalière a été prise dans 93% des cas lorsque
l’appelant est un médecin et dans 70% des cas lorsque l’appelant ne l’est pas (p= 0.2)

Conclusion :
La qualification de l’appelant est un facteur de décision pour le régulateur qui vient en second lieu par
rapport à la pathologie initiale évoquée à l’appel.