Accueil > Congrès Régional > COPACAMU 2004 > Vendredi 20 Février 2004 > Communications libres 20-02-2004 > Ulcère gastrique révélé par un pneumothorax, à propos d’un cas


Ulcère gastrique révélé par un pneumothorax, à propos d'un (...) Ulcère gastrique révélé par un pneumothorax, à propos d’un cas

E. Dos Ramos, C. Mense, B. Rocamora - Avignon

Nous vous rapportons le cas d’un ulcère gastrique révèle par un pneumothorax ; Patiente
de 65 ans hospitalisée aux Urgences par son médecin traitant pour bilan de douleurs
costales évoluant depuis trois jours.

Antécédents : Démence débutante de type Alhzeimer, hépatectomie partielle post
traumatique datant de 20 ans. Examen clinique : suspicion de pneumothorax compressif
bien toléré du point de vue clinique Radiographie du thorax : Objective la présence d’un
volumineux pneumothorax hypertensif, associé à un discret comblement du cul de sac
pleural gauche. La patiente bénéficie d’un drainage thoracique.

Evolution : apparition de débris alimentaires dans le bocal d’aspiration, faisant suspecter
une fistule digestive. Une TDM Thoraco-abdominale avec ingestion de produit de
contraste hydrosoluble objective le passage du produit dans la cavité pleurale gauche. Le
siége de la fistule paraît sous diaphragmatique à point de départ gastrique. Une chirurgie
par thoracotomie est alors réalisée en urgence, elle retrouve la présence d’un orifice
diaphragmatique de 1 cm. Une phrenotomie en périphérie de l’orifice permet de
constater l’adhérence de la grosse tubérosité gastrique avec le diaphragme . Les biopsies
ne montrent pas de lésions dégénératives. Les prélèvements de liquide pleural retrouve la
présence de germes à tropisme digestif (Streptococcus Oralis, Echerechia Coli) et
pulmonaire (Klebsiella pneumoniae).

Le diagnostic d’ulcère gastrique perforé est posé. Il s’agit donc au total d’un ulcère
gastrique perforé en plèvre. Ce mode de révélation est rare (2 cas dans la littérature ; Pub
Med) . A côté des modes de révélations classiques pneumopéritoine et pneumomédiastin
il convient de penser à cette étiologie rare , et la TDM thoracique associée à une
ingestion de produit de contraste permet d’en faire le diagnostic.