Accueil > Congrès Régional > COPACAMU 2004 > Vendredi 20 Février 2004 > Communications libres 20-02-2004 > Utilisation du DSA au Bataillon de Marins-Pompiers de Marseille : Résultats (...)


Utilisation du DSA au Bataillon de Marins-Pompiers de Marseille : Résultats (...) Utilisation du DSA au Bataillon de Marins-Pompiers de Marseille : Résultats de 3 années d’expérience

S. Lantelme, D. Meyran

BMP Marseille

Introduction : Cette étude porte sur les arrêts cardiorespiratoires d’origine cardiaque
pris en charge, à Marseille, par les équipiers secouristes du BMPM, de Janvier 2000 à
Juin 2003 et médicalisés par un médecin du SMUR.

Méthodes : Appareils utilisés : MEDTRONIC LIFEPACK LP 500 biphasique Les données
de l’intervention sont transmises via un modem en fin d’intervention sur le réseau
informatique du Service de Santé du Bataillon et regroupées par le médecin référent dans
le dossier médical du patient.

Résultats : 841 ACR pris en charge dont 651 d’origine cardiaque, intéressant 40% de
femmes. 94% des victimes ont plus de 70 ans et prés de 80% des ACR ont lieu à
domicile. 78% des ACR ont lieu en présence d’un témoin mais seuls 14% des ACR
bénéficient d’une RCP précoce. Rythme à la mise en route du DSA : 19% de FV, 62%
d’asystolie, 1% de TV et 18% d’autres rythmes. 69 victimes ont été transportées vivantes à
l’hôpital, 11 sont sorties vivantes et sans séquelles neurologiques. Délais moyens
d’intervention : entre l’arrêt et l’appel des secours : 8 min. ; entre l’appel et l’arrivée au
patient : 8 min. ; entre l’arrivée au patient et la mise en tension du DSA : 1 min. ; entre
l’appel et l’arrivée du médecin : 20 min.

Conclusion : La plus grande majorité des patients sortis vivants de l’hôpital doivent leur
récupération hémodynamique et neurologique au DSA mis en oeuvre par les secouristes
mais le pourcentage de succès reste encore trop faible pour être acceptable. Le DSA est
indiscutablement un maillon indispensable de la chaîne de survie. Il semble clair au vu de
cette étude, que l’optimisation de sa mise en oeuvre passe par une réduction du délai de
celle-ci couplée à une meilleure éducation du public en termes de gestes de survie.