Navigation rapide

Accueil > Congrès Régional > COPACAMU 2005 > Vendredi 25 Mars 2005 > Journée Médecin 25-03-2005 > Evaluation de la prise en charge de la douleur au SAU de Clermont-Ferrand

1 vote

Evaluation des Pratiques Professionnelles


Evaluation de la prise en charge de la douleur au SAU de Clermont-Ferrand Evaluation de la prise en charge de la douleur au SAU de Clermont-Ferrand

C. PERRIER, F. VAYSSE, J. SCHMIDT

Clermont-Ferrand

« La douleur est une expérience désagréable, sensorielle, et réactionnelle associé à un dommage tissulaire présent ou potentiel ou décrite en terme d’un tel dommage »
La douleur aiguë est généralement uni factorielle et localisée mais associée à une anxiété fréquente. Sa prise en charge, même si elle est parfois difficile, est maintenant bien codifiée et a pour but un traitement curatif d’emblée. A la différence des douleurs chroniques dont le but thérapeutique est essentiellement un traitement réadaptatif.

LE PATIENT DES URGENCES ET SA DOULEUR :

L’équipe des urgences doit faire face à deux problématiques qui paraissent parfois contradictoires :
1. Evaluer et prendre en charge la douleur aigue.
2. Optimiser l’approche diagnostique et la prise en charge thérapeutique en urgence.

Pour intégrer la prise en charge de la douleur dans nos protocoles de soins nous avons réalisé une étude qui a analysé la connaissance et l’utilisation des échelles d’auto-évaluation de la douleur dans le secteur chirurgical de notre SAU.

La première partie consistait à interroger 49 soignants du secteur chirurgical. Le questionnaire a évalué la connaissance des échelles de la douleur, la possession d’une réglette EVA, l’utilisation des outils d’auto-évaluation en fonction de la pathologie et du profil de patient, la connaissance et l’appropriation du protocole local rédigé à partir de la conférence de consensus de la SFUM de 1993 :

* : dose titrée divisée par 2 à partir de 70 ans.

La 2e partie a analysé rétrospectivement 694 dossiers représentatifs des malades admis dans le secteur chirurgical sur 8 mois. Le but était de confronter la pratique réelle à la pratique décrite à travers les résultats du questionnaire. Les thérapeutiques antalgiques mis en place étaient également notés.

La sensibilisation à la douleur est bonne, avec 40/49 soignants capables de définir correctement l’EVA et la mesure de la douleur avec cet outil ; 32 soignants disent l’utiliser souvent à très souvent et 39 sont satisfaits de la prise en charge globale de la douleur dans le secteur chirurgical depuis la rédaction du protocole de soins. Ces résultats cultivent le paradoxe entre la bonne connaissance de l’EVA et ses intentions d’utilisation, et la très faible notification des résultats de cette évaluation.

En effet, seules 18 évaluations par EVA sont transcrites dans les 694 dossiers et les autres échelles de douleur ne sont pas utilisées. Ce constat négatif doit être tempéré par le fait que dans 385 dossiers figurent une hétéro-évaluation de la douleur et/ou une transcription des symptômes exprimés. Par ailleurs, 155 malades ont bénéficié d’une réévaluation de la douleur au cours de leur séjour au SAU et 94 patients ont reçu un traitement antalgique.

Une des propositions après la réalisation de cette étude était de mettre en place un recueil systématique de l’évaluation de la douleur. Tout comme les paramètres hémodynamiques (TA, pouls, FR…), la cotation de la douleur peut être faite sans que cela entraîne une surcharge de travail. Cette cotation pourrait être réalisée dès la réception du patient par l’infirmière d’accueil, cela permettrait une meilleure orientation du patient donc une meilleure prise en charge de la douleur en diminuant le délai d’attente. En pratique l’EVA a été introduite dans la fiche IDE :

Deux ans plus tard, nous avons voulu réévaluer l’utilisation de l’échelle visuelle de façon systématique. A partir de 200 dossiers sur le mois de Janvier 2005, nous avons de nouveau analysé la qualité de la prise en charge de la douleur en observant si le protocole était appliqué et si les prescriptions d’antalgiques étaient bien retranscrites.